Congrès 2007

Le 13e congrès de la SFAP a eu lieu à Grenoble
du 14 au 16 juin 2007
sur le thème : "
Compétence clinique et dimension spirituelle : l'Homme au coeur des soins"
 

Editorial

N'en doutons pas, le cru 2007 du congrès de la SFAP qui se tiendra à Grenoble, sera un grand cru. Le thème choisi est aussi pertinent qu'ambitieux. Il va nous permettre d'approfondir des points fondamentaux de la pratique de d'accompagnement de fin de vie tel qu'il est préconisé depuis plus de 30 ans par le mouvement des soins palliatifs.
Chaque terme du titre devra être soigneusement examiné. Accompagner des patients en fin de vie, cela n'est ni un apostolat ni une improvistion. Cela n'est ni une technicisation outrancière du mourir, ni une simple pression compassionnelle des mains du mourant. Cela nécessite un savoir, qui s'apprend, qui se développe, qui s'enseigne et s'évalue. En bref une véritable compétence clinique.
Accompagner des patients en fin de vie, c'est intégrer, au delà d'une vision
purement somatique, les inévitables questions métaphysiques qui viennent à l'esprit tant de celui qui meurt que de celui qui reste. La métaphysique est une branche importante de la philosophie. Montaigne, après Cicéron, n'aimait-il point rappeler que «Philosopher, c'est apprendre à mourir».
Cette dimension spirituelle est consubstantielle à la question de la mort, probablement depuis que l’homme est homme. Elle ne saurait toutefois être
simplement ramenée à la dimension religieuse. L'accompagnement de fin de vie
est nécessairement laïque au sens où il se doit de respecter toutes les convictions métaphysiques, considérées comme du domaine exclusif de chacun, tant pour les malades que pour les acteurs professionnels ou bénévoles de cet accompagnement.
Il existe bien sûr une spiritualité religieuse transcendantale, liée aux grandes religions du Livre. Il existe aussi une spiritualité religieuse plus immanentiste par exemple à travers certaines religions panthéistes. Il existe enfin, indéniablement, une spiritualité areligieuse (et non irréligieuse) qui affirme la possibilité d'une dimension sacrée en
dehors d'une existence divine. C'est avec cette diversité de vue qu'il nous faudra aborder l'ambitieuse question de la
dimension spirituelle (c'est à dire de tout ce qui se rapporte à l'esprit) en fin de vie. Il faudra nécessairement mettre en avant ce qui est et restera une des caractéristiques du mouvement des soins palliatifs : l'humanisme. C'est cet humanisme qui nous pousse à penser sans cesse nos actes en fonction d'une valeur suprême : l'Homme, l'être humain, l'individu, le sujet.
Une belle occasion de tenter de rassembler ce qui est épars. Je vous invite à nous rejoindre nombreux dans cette réflexion passionnante.

Dr Bernard DEVALOIS
Président de la SFAP


 

Téléchargement :

Pour télécharger l'intégralité du programme définitif du congrès en PDF

  Pour consulter, télécharger ou imprimer les actes
Les actes de ce congrès ont été réalisés grâce au soutien de
La Région Rhône Alpes